Les épiphénomènes vagabonds

The Globe of Non-Breathing par Derrick Tyson

Crédit photo : The Globe of Non-Breathing, par Derrick Tyson, sous C.C. BY 2.0

Une tête et un morceau de buste, flanqués là, dans les rouages d’un mécanisme sans fonction. Elle discute avec l’arrière-train d’un animal qui galope dans le vide et sans jamais s’arrêter. Bien sûr, le second ne répond pas au premier. Ce qui ne l’empêche pas de continuer.
“Alors c’est ainsi ?
Pas de chichi !
Ils n’ont pas tardé à changer de cap. Quelle bande d’ingrats ! C’est bien fait pour ceux qui y sont restés, tiens !
Eh toi la bête à moitié ! Tu m’écoutes ?
Tes zébrures me rappellent quelque chose…
Qui va là ?”

La proue d’un bateau, avec une bouche énorme et des lèvres pulpeuses rougies de peinture, traverse entre eux deux.
“Je fonce, je dois y aller !
À la revoyure !”

La tête et le morceau de buste reprennent :
“Quelle impolitesse. On se croirait dans une gare ferroviaire remplie de trains de travers.
Vous auriez au moins pu klaxonner !
Eh toi là, tu m’écoutes ?”

La moitié de bête zébrée s’arrête enfin, fait un tour sur elle-même, s’ébroue et repart de plus belle.

“Ne fais pas semblant, je vois bien que tu n’es pas concentré.
Je pensais dîner avec d’autres ce soir. J’aime bien ce troquet près de la rivière. Mon père m’y emmenait quand j’étais gamin.
On y allait à la rame ! Qu’est-ce qu’il faisait chaud à l’époque.
Mais au fait ? Où vas-tu comme ça ?”

La sonnerie d’un paquebot retentit, si fort que tout vibre, les rouages, les structures environnantes, et ce tout se déplace de quelques millimètres d’un côté, de quelques millimètres de l’autre. Les oreilles de la tête sifflent, l’arrière de zèbre a disparu. Il continue :

“À croire que personne ici n’a de manières ? À quoi bon m’être mis sur mon 31 ? J’aurais aussi bien pu aller creuser mon trou au cimetière. Ça n’y paraît pas, mais c’est urgent, pour moi comme pour vous. Vous m’entendez ?”

Une multitude de sphères transparentes mais jaunes et brillantes, comme du verre soufflé, fumé, jauni par le temps comme une vielle photographie, apparaissent autour de la structure et du buste en champignon. Elles s’agitent et se confrontent. Ça claque fort quand elles se tapent l’une l’autre. Symphonie foutraque. La tête sourit la bouche grande ouverte. Elle admire et écoute. Alentour, deux barres poussent dans le désordre, elles venaient de loin. Une troisième apparaît, plus proche de la structure à rouages et grandit jusqu’à la pousser comme une canne vient tirer dans une boule de billard. La structure part pour aller s’enferrer entre les deux autres barres à l’endroit où elles ne sont écartées que de quelques mètres. Comme elles continuent de pousser, la structure grince, se déforme, puis est éjectée en tourbillon et glisse dans le vide en tournant sur elle-même.
La tête chante et crie :
“Ça vagabonde par ici ! You ouh !”
L’une des deux barres qui grandissaient se courbe et forme une spirale d’abord régulière puis évasive. Un fluide gigantesque se déverse en elle et se répand à travers tous ses vides. Environnement noyé, la tête et sa structure immergées. Des bulles sortent de la bouche qui semble continuer de parler. Les propos ne se répandent qu’en vibrations très graves. L’ensemble forme une goutte, géante et minuscule. Elle tombe et trace un lien depuis le point de son départ vers celui de sa destination. Des milliards d’autres gouttes se joignent à elles. Une pluie sans bord et sans sol à gorger. La moitié de ces milliards de gouttes s’arrête et repart dans l’autre sens. L’autre moitié continue un moment avant de disparaître, emportant la tête et sa structure dans l’oubli. La monture d’un fier guerrier nu et beuglant traverse alors ce qui reste de pluie rétrograde. Un ciel de nuages sombres apparaît un instant, très haut. Les gouttes remplissent leurs nuages avant qu’un soleil radieux remplace le guerrier et efface le reste. Du bleu blanc tout autour. Des centaines de kilomètres plus loin, dans ce même bleu, un insecte fait ce bruit des petites ailes qui battent trop vite. Comme un moteur minuscule mais vrombissant. Enfermé soudain dans une gigantesque bouteille de verre, des centaines de fois plus large que lui, il mène sa vie. Du goulet de la bouteille émanent des bulles de savon, qui flottent et montent doucement en se dandinant d’un côté puis de l’autre, quand la spirale métallique réapparaît au-dessus. Elle entoure tout. Elle est si grande et l’insecte si petit, qu’il ne la perçoit même pas. Ce qu’il perçoit, c’est son reflet décuplé à la bordure de la bouteille. Il croit trouver là des compagnons et leur adresse quelques mots dans son langage d’insecte. Il lui répondent tous en même temps et avec un léger décalage. Ils disent touts la même chose, mais le dernier au fond semble pressé et sort des couches de reflets de verre. Il fonce droit devant, si vite que bientôt la structure métallique lui apparaît. Une fleur d’équimose y pousse. Quelle beauté. Recouverte d’abcès qui boursouflent puis craquent et laissent couler leur pus comme des fontaines de jouvence qui se répandent dans le vide infini. En bas de la cascade médite un bonze dont le pied gauche est dans la bouteille. L’insecte qui y est enfermé vient se poser sur la plante du pied, ça fait guili-guili, mais le bonze, en bon pratiquant, ne bronche pas. Il continue de méditer et le liquide chaud lui coule sur la tête puis sur les épaules, comme une caresse. La plante grandit, ses pétales se recroquevillent et englobent l’insecte qui s’était échappé de la bouteille. Il fait noir, et le bonze disparaît, mais pas son pied, qui grossit et grossit et grossit jusqu’à s’appliquer sur toute la paroi de la bouteille, si bien que l’insecte resté dedans est écrasé. Elle résiste. Elle résiste. L’insecte dans le noir fait du surplace. Il angoisse. Le temps passe, puis la bouteille explose et les morceaux de verre giclent et percutent ce qui parfois existe sur leur chemin. Des pétales recroquevillés en boule notamment. L’insecte volant sent sur son flan un projectile rapide qui l’aurait charcuté s’il avait été quelques centimètres plus à côté. Un trou du cul dans la forme végétale, c’est le moment, foncer vers cette issue de lumière. Le voilà sorti, encore, le bleu du ciel disparaît. Seul dans le noir, encore. Alors il se laisse tomber. Il fait froid. Sa masse augmente, il accélère, il se transforme en bille de plomb qui déchire le néant, laissant derrière elle une traînée de feu. Elle continue d’avancer ou de descendre, c’est selon. Le rien s’agace de cette déchirure en son sein. Il pleure deux gouttes de la taille d’un océan chacune qui tombent depuis un haut vers un bas, mais la bille est déjà loin. Il n’y a plus rien qu’une fente dans l’univers absent. Une trace blanchie et cendrée sur le pourtour. Un dragon de rien ? Une plaie qui s’écaille et se meut en route sinueuse. Muraille gigantesque sur laquelle marchent d’innombrables personnes faisant beaucoup de bruit en parlant, en chantant, en bougeant. Elles rient et boivent du saké chaud. L’une d’elles porte un chapeau de paille, dans laquelle gît une sirène microscopique. Elle souffre encore, feutrée dans son cercueil végétal et mort. Mais rien ne peut plus arrêter la marche, ni la bille de plomb toujours plus lointaine. L’engrenage est ce qu’il est, et la sirène dans la paille n’a plus qu’à endurer. Jusqu’à ce que peut-être, le bleu du ciel réapparaisse.

Ni lendemain, ni hier, ni logique, c’est ainsi, c’est maintenant.

Expérience sensorielle

All of me that gave unto the fold of a wave... par Ser Ser

Crédit photo : All of me that gave unto the fold of a wave…, par Ser Ser, sous C.C. BY-ND 2.0

Quand serait-il vieux ? Il se l’est souvent demandé.
À quel moment la vie lui aurait-elle semblé avoir été longue, et pour combien de temps encore serait-il capable de l’apprécier avec la même intensité ?

Il y a cette musique. Elle lui traverse le corps. C’était une vibration dans l’oreille, qui s’est transformée en infime signal électrique fusant jusqu’à développer son cœur, mû comme la membrane de l’enceinte. D’elle émane un ensemble de sonorités démontrant l’existence de la perfection, prouvant que l’homme est apte à créer de la même façon que les dieux qu’il a aussi créés. Il intègre, ça palpite. Il s’installe à la surface d’une eau en ébullition, son sang explore ses veines et ses artères pour déverser sa charge aux endroits appropriés, et c’est son âme qui s’étend : elle se propage comme l’onde qui a transporté le message à l’origine.

Plénitude partagée. À côté de lui s’étend cette femme, douce et au regard profond. Elle accepte chaque gouttelette d’âme qui se dépose dans les pores de sa peau. L’espace d’un instant aussi éphémère que l’éternité, ils ne font qu’un sur la courbe de la vie. Le flux se noue, tout se conjugue et de là naît la vie. De la Terre qui supporte le message grâce à sa matière, émane une fleur sucrée et conquise par un flot de lumière.
Le soleil l’accueille, il dépose sur elle une chaleur adéquate, calmée par l’espace sans bornes. L’astre qui déploie une formidable énergie, lui, ne flanche ni ne doute. Il sait que la rosée apaisera ces pétales ne demandant qu’à connaître le jour et la nuit.

La matière et l’antimatière se mêlent encore quand les lèvres de cette femme entrent en contact avec celles du vieil homme. Dans l’esprit, il est sage, et pourtant son cœur s’agite. Il cogne de plus en plus fort dans une cage fragilisée… mais la vie ne le quitte pas et au contraire crie. Elle se poursuit. L’énergie trouve son juste milieu. Les ondes continuent de disperser leur émoi.

L’une d’elles se cogne contre un mur, fait demi-tour avant de trouver une fente en dessous de la porte. Elle et ses filles mourront toutes dans un seul battement du cœur de l’homme par lequel ses mères sont passées. Elle sait qu’elle touche au but, qu’elle irradie l’univers de sa substance, que chacune de ses filles parviendra plus loin, plus proche du soleil pour le faire vibrer bien plus encore que son élan ne l’a emportée.

L’homme vient de percevoir l’éphémère de la vie. Il comprend devoir ne plus s’inculquer le regret. Il sait que ce rapport physique, que cette ample douceur qu’il sent sur ses lèvres, il les appréciera à jamais.
Alors il accepte corps et âme tout ce que l’univers lui apporte dans rien qu’un instant. Cette onde, cette chaleur, cette couleur et ce sucre, cette odeur, et ce crépitement en son sein. Si tout s’agite en lui, surtout au point culminant de ses organes, les pensées n’existent plus : les maux n’ont pas disparu, ils n’ont jamais existé. Rien n’a jamais traversé ses idées et finalement, il est plus pur que le nouveau-né. Il n’a jamais abattu de sang froid. Il n’a jamais usé son ego sur autrui dans le but de l’effacer.

Peut-être que ce flot, ces ondes et la douceur maternelle dans la chaleur du ciel, éparpilleront son existence aux quatre coins des planètes. Peut-être qu’il aura suffi d’un instant pour changer un être humain, pour accorder la paix dans les cœurs et les sangs.

Cette utopie, pas plus que les actes et les remords, n’est inscrite dans les gènes. Elle se développe dans chaque courant d’air et porte de nouvelles pulsions chez ceux qui n’ont plus peur de l’accepter, elle qui vagabonde jusque dans les tréfonds de l’âme, elle qui sème sans jamais récolter, tout comme le faiseur d’arbre l’accomplissait.